accueil anna louise écrits galerie agenda liens contact



l’amazone


criblée de haine
elle s’arc-boute
résiste à se coucher, vaincue,
soumise
et, peut-être, un peu aimée
serrant les dents à les broyer
elle se dresse
bardée d’insolence
contre les condescendances
et l’intolérable mépris
sacrifiant sa peau à l’armure
elle crachera des anathèmes castrants
et tournera le fer dans les blessures
sa rage est le sang de ses veines
et la vengeance le pain de sa subsistance
tant est profond le lac de ses chagrins
qu’elle n’en emprunte plus le chemin
et préfère s’éloigner d’elle-même
que de rencontrer les yeux de l’enfant qu’elle a été
elle n’a ni remord ni rien à négocier
elle passera sa vie à rendre les coups
qui l’ont assassinée
si mal a son coeur, que lui importe la vie ?
sauf pour tout détruire avant son dernier cri
insulte suprême au dieu inconscient
qui laissa l’homme usurper son image,
se servir de sa force pour briser son contraire
et, borgne et boitant,
se proclamer roi et tyran